Protocoles de communication des téléalarmes

Une part importante des téléalarmes communique avec les frontaux de réception en utilisant des langage basés sur le protocole DTMF. Nous allons tenter d’expliquer dans cet article ce que veut dire le terme DTMF et comment les téléalarmes l’utilisent.

 

1- Que veut dire DTMF ?

DTMF  ce sont les initiales du terme anglais Dual Tone Multi Frequency (Double tonalité à fréquences multiples)

C’est la fonction qui vous donne la possibilité d’émettre à partir de votre téléphone des signaux sonores qui permettent, par exemple, de composer un numéro d’appel ou de répondre aux questions d’un serveur vocal interactif. Chaque touche émet, lorsqu’elle est enfoncée une identification sonore unique qui permet au dispositif qui l’écoute de l’utiliser pour exécuter une action(changement de menu, choix d’une option).

2- Comment ça marche ?

Le protocole DTMF a été créé pour répondre au besoin d’échanger des informations entre systèmes pendant un appel voix. La voix humaine émettant des sons dans la plage de fréquence 150-400hz, le protocole DTMF a donc utilisé des plages de fréquences au dessus des fréquences humaines (697hz à 1663hz). Ceci permet de ne pas interpréter un signal DTMF comme un signal voix et inversement (les systèmes se parlent sur une plage de fréquences et les humains sur une autre).

Comme tout langage, le langage DTMF possède un alphabet. Cet alphabet phonétique est composé d’un jeu de 16 sons. Chaque son DTMF est produit en jouant 2 fréquences simultanément : Une fréquence haute (parmi 4 possibles) et une fréquence basse (parmi 4 possibles) sont jouées en même temps.

Ainsi, le langage DTMF possède 16 sons composés chacun d’un couple de fréquences (4 hautes fréquences X 4 basses fréquences). Par exemple, lorsque vous appuyez sur la touche « 1 » de votre téléphone, un son à double fréquences est envoyé : « fréquence haute 1209hz + fréquence basse 697hz »

Vous noterez que sur un clavier de téléphone classique, les notes nécessitant la fréquence 1663Hz ne sont pas accessibles (touches A B C D)

3- Quel est son rôle dans les dispositifs de téléalarme ?

Les dispositifs de téléalarme utilisent cette fonction pour établir des communications codées automatiques permettant, l’identification d’une cabine, l’établissement d’une communication vocale ou son acquittement. Chaque fabricant a établi son propre langage DTMF appelé « protocole » qu’il utilise avec ses propres téléalarmes.

Pour les besoins de cet article, nous allons nous baser sur un protocole répandu et simple, le P100, et vous expliquer comment les informations sont transmises entre les téléalarmes et les frontaux des centres d’appels.

Nous allons prendre l’exemple d’une alarme avec communication vocale  effectuée par la cabine identifiée par la Centrale sous le matricule « 123456 » avec le protocole P100 :

  • L’utilisateur presse le bouton d’alarme cabine
  • Le transmetteur P100 compose le numéro programmé en mémoire pour dialoguer avec la Centrale.
  • La Centrale décroche puis joue la note DTMF « D » qui donne le « GO » au transmetteur. Le dialogue est maintenant initié.
  • Le transmetteur joue alors une suite de note DTMF (appelé paquet d’information) nécessaires à la Centrale pour interpréter l’objet de l’appel :
    • La raison de l’appel : code DTMF « 1 » pour une alarme avec communication vocale
    • La taille de l’identifiant de l’appareil « 6 » (le nombre de chiffres qui composent le matricule de la cabine)
    • Le matricule de la cabine mis en mémoire par l’installateur : « 123456 »
    • Une clé de contrôle, connue aussi sous le nom anglais « CHECKSUM » permettant  à la Centrale de s’assurer que les notes DTMF reçues sont bien celles envoyées par le transmetteur. Cette clé de contrôle correspond tout simplement à la somme des DTMF du paquet (sauf la clé de contrôle en elle-même). Dans notre exemple la somme est 28 = 1+6+1+2+3+4+5+6. Cette somme est convertie en hexadécimal sur 2 positions format (00 – FF) et ajoutée en fin de paquet. Dans notre exemple 28 est transformé en « 1C »

Voici la structure finale de ce paquet : « 161234561C »


La Centrale reçoit le paquet et ré effectue le calcul de la clé de contrôle

  • Si elle ne trouve pas la même clé de contrôle la Centrale demande une retransmission en envoyant la note DTMF « C » (3 fois maximum).
  • Si la clé de contrôle est identique, la Centrale envoie l’accusé de bonne réception en envoyant la note DTMF « A »
  • La Centrale ayant l’information qu’il s’agit d’une alarme avec communication vocale passe alors en mode voix (téléphone) et distribue l’alarme à un téléopérateur.
  • Le téléopérateur est mis en relation avec la cabine.
  • A la fin de la conversation, la Centrale envoie la note de raccroché  en jouant la note DTMF « # » du clavier (« F » hexadécimal)
  • Si le transmetteur reçoit la note de raccroché, il raccroche immédiatement, sinon, il raccrochera automatiquement au bout de 5 minutes de communication.

Bien entendu, d’autres éléments du langage permettent de transmettre d’autres types d’informations : pannes, tests cycliques etc.

Partager/Imprimer cet article :